Slideshow CK

frise

ZONA : nouveaux espoirs dans la prise en charge

Dr Philippe BRUNNER
Radiologie interventionnelle 
CHPG - Monaco
B 

 

 

 

 

 

Juillet 2016

Le zona est une maladie infectieuse dermatologique fréquente, due au virus varicelle-zona.
L'affection se complique essentiellement de douleurs qui peuvent devenir chroniques et invalidantes.
De nouveaux espoirs thérapeutiques sont nés de la prise en charge par la radiologie interventionnelle.

Le zona est une maladie virale provoquée par la réactivation du virus de la varicelle. L'adjectif s'y rapportant est zostérien.
10À la suite d’une varicelle -qui est survenue dans l’enfance le plus souvent- le virus reste endormi, quiescent dans les ganglions sensitifs des nerfs.
Il peut se réveiller plusieurs années plus tard pour provoquer un zona : on parle de réactivation virale.

Le zona est une maladie fréquente
- 95% des adultes ont eu la varicelle et sont donc susceptibles de développer un zona.
- 300 000 nouveaux cas en France, chaque année.
- 1 personne sur 4 développera un zona au cours de sa vie.
- Après 60 ans, le risque de zona fait plus que doubler.
- 1 personne sur 2 de plus de 85 ans a déjà eu un zona.

Les effets du virus
Le virus du zona migre le long des nerfs.
transmission

   Il provoque une éruption  dans le territoire du nerf, d’où son aspect le plus souvent limité à une zone de la peau et à un côté du corps. Cette éruption est douloureuse.

Le zona n’est pas "contagieux". (Il est possible, cependant, qu’un patient présentant un zona infecte une autre personne qui fera une varicelle si cette dernière n’a jamais été contractée).

Age et facteurs favorisants
Le zona est nettement plus fréquent après 50 ans, son incidence est maximale après 75 ans.

Le réveil du virus survient le plus souvent lors d'une baisse momentanée des défenses immunitaires (fatigue, stress...) ou lors d'une maladie entraînant un déficit immunitaire (VIH, cancer, maladie infectieuse...).

Symptomes
Le zona évolue en deux phases :

- la phase douloureuse : il s’agit de douleurs voire de brûlures localisées dans une région du corps celle correspondant à la zone innervée par le nerf dans lequel le virus migre vers la peau.
Pendant 1 à 3 jours, voire une semaine, des douleurs et des sensations de brûlures sont ressenties avant que l'éruption du zona ne se manifeste.
1- la phase éruptive : quelques jours plus tard, l'éruption cutanée apparaît dans la zone douloureuse, avec des rougeurs qui se couvrent au bout de 24 à 48 h de vésicules. En cinq à sept jours, les vésicules sèchent et des croûtes se forment. Ces dernières tombent au bout de dix jours environ et laissent place à d'éventuelles cicatrices.

D'autres symptômes sont souvent présents lors de l'éruption:
-une légère fièvre (38 à 38,5°C)
-des douleurs d'un seul côté du thorax souvent lancinantes et intenses ne disparaissant qu'en 2 à 3 semaines,
-une perte temporaire de la sensibilité de petites zones de la peau de la région atteinte.

Les différentes localisations
- Le thorax (zona intercostal) une fois sur deux environ.
Dans le zona intercostal, les vésicules forment une bande allant de la colonne vertébrale vers la région latérale du thorax, d'un seul côté.

- Le visage et le cou avec
* le zona ophtalmique dans lequel des maux de tête violents et lancinants situés au niveau du front et d'un œil précèdent l'éruption de quelques jours. Des complications au niveau de l'œil sont fréquentes
* Le zona situé autour de l'oreille qui peut provoquer des douleurs et des bourdonnements de l'oreille, une diminution de l'audition, des vertiges et une paralysie faciale.
* Le zona bucco pharyngé (bouche et pharynx) peut être responsable d'une gêne lors de l'alimentation.

La région dorso-lombaire

Le bas de l'abdomen avec possible atteinte des organes génitaux.

Selon sa localisation, le zona peut être plus ou moins grave.

Evolution
-En l’absence de traitement, les lésions cutanées du zona durent en moyenne 3 semaines.
-La plupart du temps, une seule crise de zona survient.
-Toutefois, il arrive chez 1 % des personnes déjà atteintes que le virus se réactive à plusieurs reprises.

-Près de 90 % des zonas guérissent sans séquelles

Formes graves de zona
Des complications peuvent apparaître :

* des douleurs qui peuvent durer de longs mois voire des années... (algies post-zostériennes), survenant surtout chez les personnes âgées. Elles sont souvent très invalidantes.

* une surinfection bactérienne des plaies

* une extension sur plusieurs zones du corps en cas d'immunodépression.
Le zona généralisé touche de nombreux nerfs.
Il s’agit souvent d’une éruption très profuse, hémorragique et nécrotique. Il est encore appelé zona-varicelle et survient le plus souvent sur un terrain immunodéprimé.

Traitements classiques du zona
Les soins locaux ont surtout pour but d’éviter la surinfection bactérienne des lésions.
Les soins contre la douleur lors de la poussée : antalgiques par voie orale.
Traitement par voie orale par des molécules antivirales : Aciclovir ou Valaciclovir. Le traitement doit être idéalement débuté très rapidement dès le début des symptômes.

La vaccination
Un vaccin a été commercialisé récemment : Zostavax®.

13Il est pris en charge par les caisses sociales chez les adultes âgés de 65 à 79 ans. Il est à conseiller systématiquement dans cette tranche d'age.
Le vaccin ne diminue que de moitié le risque estimé de faire un zona et des deux tiers le risque de douleurs post zostériennes.

Il diminue la gravité des symptômes du zona.

Une étude été réalisée sur 38 500 adultes âgés de plus de 50 ans et répartis dans 18 pays, montre une réduction de 51% des risques d’apparition du zona et de près de 67% des douleurs. Un autre vaccin en cours d’étude empêcherait l’apparition du zona dans 97 % des cas.

La radiologie interventionnelle
8 bRécemment proposé, le traitement complémentaire percutané par infiltrations sous guidage scanner vient maintenant modifier de façon significative la prise en charge classique du zona.

Il s’agit d’infiltrations de dérivés cortisonés associées à un anesthésique local longue durée et au sérum salé hypertonique.
Ces infiltrations se réalisent sous anesthésie locale en externe sauf pour les traitements du zona ophtalmique où un court séjour en ambulatoire est souhaitable pour mieux encadrer la procédure.

La condition "sine qua non" de ce type de procédure est de s’assurer qu’il ne s’agit pas d’un zona-varicelle, c’est à dire que l’éruption cutanée ne touche pas d’autres zones anatomiques.

Ce nouveau traitement raccourcit l’évolution du zona, apporte également une amélioration rapide des douleurs à la phase aigue ainsi qu’une nette diminution de l’intensité des fréquentes douleurs post-zostériennes à distance.

Infiltration zona intercostal

143Sous anesthésie locale, aiguille au contact du nerf intercostal touché par le zona, infiltration péridurale et du nerf intercostal.

 

 

 

Infiltration zona ophtalmique

45Le zona ophtalmique apparait d'un seul côté du visage, sur le front, autour de l'œil et sur la racine du nez. La prise en charge doit être précoce en raison des douleurs importantes qu'il génère et de l'évolution possible vers des complications, notamment oculaires.
Sous anesthésie locale, une aiguille courbe entre dans le trou ovale de la base du crâne, 

  

Infiltration zona cervical
159 
Aiguille au contact du ganglion 
spinal cervical incriminé.
 

Conclusion
Le zona est une affection fréquente qui touche une large frange de la population.
La vaccination, sans éradiquer la maladie, donne de très bons résultats qui incitent à la proposer de la façon la plus large possible.
Les traitements classiques viennent de s'enrichir de l'apport de la radiologie interventionnelle. Celle-ci pourrait constituer une avancée significative dans la prise en charge du zona.

Pour en savoir plus  
Site de la SS
Zona.fr
Vaccin Zona






Copyright 2017 WIM Monaco - Site administré par Monte Carlo Multimedia